NEWS

25/04/2017

IRONMAN TEXAS

posté à 21h00

Petit objectif en cette année 2017: Aller courir mon 15ème Ironman avec Antony

Rendez-vous était pris pour l'Ironman du Texas ! Après une petite blessure cet été il fallait revenir en forme et depuis septembre on peut dire que le boulot a été fait, avec quelques compétition et beaucoup de km depuis janvier : 140km de natation, 4000km en vélo et 500 à pied, retour en Thaïlande en février pour s'entraîner au chaud avec Anto et beaucoup de plaisir à l'entraînement à Nice et ailleurs avec tous les amis ...

Samedi dernier j'ai bien terminé mon 15ème Ironman, toujours aussi difficile, mais je partais vraiment sans trop de pression au niveau du chrono visant entre 10h et 10h30...

Une natation sans combinaison néoprène en lac (25C°) je pars bien puis je me balade un peu, le retour est un peu long et je me réveille un peu sur les derniers 600m, mais ça passe nickel en 56' ...

Puis en vélo quelques aller-retour et routes résidentielles avant de regagner l'autoroute (louée 130.000$ par l'organisation) là c'est 2 aller-retour totalement droit de 34km (136km) avec quelques ponts à passer... quand même plus de 500m de dénivelé ! Avec mon cardio je gère une moyenne de 140 puls et 190 watts, pour rouler dans les 35,5km juste avant le 140ème km où le vent du nord se lève pleine face pour finir! Mais j'arrive à limiter la casse ... 5h10 pour terminer ces 176km.

À pied 3 tours sympa autour du lac, dans les résidences et le long du canal, le vent du nord nous a apporté de la fraîcheur... je fais mon 1er tour (14km) tranquille sans pression, je prend même du plaisir à 12kmh puis au début du 2ème tour les forces commencent à manquer, je dois prendre gels et coca à chaque ravito, je commence à subir, plus de réserve, j'essaie de déconnecter penser à la famille, aux amis, oublier le chrono, mettre un pied devant l'autre et de garder un petit rythme pour aller au bout... je fini en petit footing très cool tout juste en 10h30 avec un marathon en 4h14.

Place à la récup' et prochain objectif le triathlon half du Lauraguais en duo avec Aloys le 2 juillet

 


03/03/2016

Ironman 70.3 Dubaï

posté à 10h09

De retour à Dubaï un an après le 1er Challenge, cette épreuve est devenue un Ironman 70.3, sous la houlette de la WTC, la guerre entre les 2 grandes firmes du triathlon longue distance continue de plus belle, et le Moyen Orient est un endroit très intéressant pour la vitrine d’Ironman.
Fini le Challenge Bahreïn, fini le Challenge Dubaï, quant à celui d’Oman il n’a jamais existé, ces 3 épreuves qui devaient compter pour la Triple Crown 2015 avec 1 millions de $ pour celui et/ou celle qui remportaient les 3 titres … Du coup cette Triple Crown a commencé avec le Challenge Dubaï, puis les championnats du Monde Ironman 70.3 en Autriche et enfin l’Ironman 70.3 du Barheïn en décembre dernier. Et c’est Daniela Ryf qui avait remporté la mise et le chèque d’1million de $.

Pour 2016, la Triple Crown est relancé par le Prince du Bahreïn, Nasser Bin Hamad, passionné de triathlon, il a déjà terminé de nombreuses courses, c’est lui qui est à l’origine de la Triple Crown, mais également du team de triathlon professionnel « Bahreïn endurance 13 »avec les meilleurs triathlètes du Monde (Gomez, Frodeno, Ryf…).
Seulement l’annonce de la Triple Crown 2016 s’est faite assez tardivement, du coup il n’y avait pas autant de pro sur la start list de Dubaï qu’en 2015, et quelques athlètes pro étaient bien contrariés par cette annonce tardive n’ayant pas programmé Dubaï sur leur agenda.
Mais le team Bahreïn était bien présent avec ses meilleurs représentants, à savoir les 2 champions du Monde Ironman et 70.3. Daniela Ryf et Jan Frodeno. Malgré une fin d’année 2015 où ils ont été très sollicités, beaucoup de voyages, interviews, déplacements, au détriment d’un entraînement sérieux. Mais on n’est pas champion du Monde par hasard et s’ils se présentent au départ d’une course c’est bien pour tout donner !

A Dubaï cela commence par une conférence de presse avec toutes les autorités de Dubaï et nos 2 champions du Monde, avec pas moins de 7 caméras et des traducteurs (car une grande partie est en arabe), Dubaï mise sur le tourisme et le sport pour les années à venir, la ville met tous les moyens pour la réussite de tels événements.
Dans l’immense hôtel grand luxe Jumeirah beach qui fait face au Burj Al Arab (celui en forme de voile) tous les pros invités sont logés là …
Le soir une cérémonie d’ouverture au pied du Burj Al Arab dans un cadre magnifique, un service impeccable 5 étoiles, présentation des champions qui font le job et répondent aux sollicitations de l’organisateur, suivi par un briefing de la course impeccable.
Une course qui s’annonce très venteuse comme en 2015 ! Du coup l’organisation prend les devants pour éviter les risques en natation et prévoit 2 alternatives en fonction de l’état de la mer ! Finalement l’option choisie sera la moins risquée pour les triathlètes peu l’aise dans l’élément liquide.
Les pros nageront 2 petites boucles de 600m dans la marina de l’hôtel sans combinaison, l’eau étant à 23°C, en mass start, les femmes partiront quelques minutes après.
Pour les groupes d’âges instauration du rolling start pas évident dans ces conditions, mais ça roule, c’est bien organisé ! Par contre il n’y aura qu’un tour de 600m pour les amateurs car trop de monde sur une boucle aussi petite et étroite. Le but du rolling start étant d’éviter les risques de coup et de gêne qu’il peut y avoir lors des mass start et de limiter le drafting, le chrono étant pris avec la puce. C’est ce qui est prévu pour Aix et Nice.
Sur la partie natation, un de peu cafouillage au début pour savoir où les pros vont sortir, finalement chez les hommes c’est rapide et Frodeno est déjà devant en dans les 12’ (sans doute moins de 1200m), plus compliqué chez les femmes qui n’ont pas les bonnes informations quant à la sortie de l’eau, mais elles sont vites remises sur la bonne voie !
Frodeno ne laisse donc à personne le soin de mener la course, il est vite devant mais après la natation une 4ème épreuve nous attend : 1km à courir sur la plage de sable pour rejoindre la T1 … d’où le chrono de 16’ pour Frodeno.
Les conditions en vélo sont comme en natation, la journée la plus venteuse de la semaine, ça commence bien avec le vent est de dos !
Cette année le parcours a été simplifié, pour éviter les ratés de 2015 (parcours coupé involontairement par certains pros) il s’agit vraiment d’un aller-retour dans le désert sur des grandes artères, par contre il n’y a qu’une voie réservée aux cyclistes alors qu’en 2015 la route était totalement fermée et parfois on avait 3 à 5 voies pour nous !
Le départ est rapide avec le vent fort qui nous pousse, les moyennes s’affolent, plus de 44km en une heure pour moi, les pros doivent frôler les 50km/h de moyenne, mais le retour sera moins drôle ! Quand je croise Frodeno il est déjà largement en tête, idéalement posé sur sa machine, suivi par le jeune australien Josh Amberger, qui fait un festival à vélo !
Après le demi-tour, le retour sur T2 est donc plus compliqué, il faut chercher l’efficacité et l’aérodynamisme, rester concentré sur son pédalage … le vent souffle fort !
Mais cela n’empêche pas les pros de rouler très vite, 2 :02 :33 pour un Frodeno survolté, il frôle les 45km/h de moyenne malgré le vent, mais c’est sûr que le parcours ne présente aucune autre difficulté que le vent, Josh Amberger pose le vélo 2ème à 2’ de Frodeno !
Le champion du Monde s’envole également sur le parcours à pied, un parcours en aller-retour le long de la plage, sur une piste en souple métrées tous les 100m, vu que la transition est au point 0 c’est facile de savoir où en est : 3.500m dans un sens puis retour à faire 3 fois !
Je croise le champion du Monde sur son dernier retour dans son style caractéristique, on n’a pas l’impression qu’il force! Frodeno s’envole vers une nouvelle large victoire qu’il dédie à son ami Laurent Vidal sur la ligne d’arrivée.
Il termine le semi en 1 :13 :49, loin devant son dauphin du jour Josh Amberger qui prend une belle 2ème place mais à plus de 6’.
La 3ème place se joue entre 2 solides athlètes : Terenzo Bozzone, ancien champion du Monde 70.3 et vainqueur du Challenge Dubaï 2015, et Bart Aernouts qui a remporté le 70.3 de Bahreïn en décembre (transformé en duathlon). Ces 2 là courent ensemble mais c’est le belge qui prend le dessus dans l’emballage final, mais avec un semi couru 2’ plus lentement que Frodeno ! Cependant Bozzone a dû avoir un souci sur le parcours natation crédité de 21 :37 alors que Frodeno est en 16 :00 et Bart Aernouts moins bon nageur que Bozzone est en 18 :55 !


Chez les femmes, Ryf prend également vite les commandes de la course, mais elle avait dit lors de la conférence de presse qu’elle n’avait fait que du home trainer cet hiver, et sa compatriote Caroline Steffen qui s’entraîne en Australie est plus avantagée et reste à l’affût, mais elle est déjà plus de 2’30 de retard à la fin du vélo sur Ryf, qui comme Frodeno conforte son avance à pied, pour s’imposer avec presque 4’ d’avance sur son aînée, Caroline Steffen qui a dû finir en sprint pour ne pas perdre sa 2ème place, avec le retour de la finlandaise Lehtonen qui fait le meilleur semi en 1 :18 :35.

Lors de la cérémonie de clôture tout autant impressionnante que la cérémonie d’ouverture, Jan Frodeno dédie une nouvelle fois sa victoire à Laurent Vidal : « Laurent if you up there, this one is for you » !

Une organisation parfaite tout au long de ces 3 jours : du retrait des dossards avec un sac athlète très fourni, au dépôt du vélo où un bénévole vous prend en charge de l’entrée à la sortie du parc, en passant par la sortie du parc après la course : cela prend 2’… les massages, médecins, boissons et nourritures à profusion, une médaille de finisher énorme et un doudoune finisher à la place du fameux t-shirt ! Bref vous en avez pour votre argent !


Overall Rank: 57
Div Rank: 5
Swim: 12:58
Bike 2:24:32
Run 1:34:46
Overall 4:18:11

 


18/03/2015

Challenge Dubaï

posté à 17h36

Dubaï fait partie des Emirats Arabes Unis, c’est avec Abu Dhabi le principal des 7 émirats. Cette ville a vu son explosion dans les années 60 suite à l’exploitation pétrolière, et de vastes projets ont vu le jour. Ville immense qui s’étale sur plus de 30km de littoral, entre buildings et Palaces des 1001 nuits, des centres commerciaux immenses avec aquarium géant et piste de ski, et les constructions pharaonique (Palm Jumeirah : un complexe immobilier construit sur la mer en forme de palmier, la Burj Khalifa qui mesure plus de 830m et la non moins célèbre Burj Al Arab : l’hôtel construit sur la mer très connu en forme de voile …)

Fin févier faire un half ce n’est pas la chose la plus facile, le challenge commence déjà par là … Et quelques jours au chaud sont toujours bienvenus en plein hiver, même si la performance n’est pas au rendez-vous, le plus important c’est de prendre plaisir !

Dubaï propose son 1er Challenge après celui de Bahreïn en décembre, puis on annonce qu’il y aura 3 courses Challenge (La Triple Crown = triple couronne) : Dubaï, Oman et Bahreïn avec à la clé 1.000.000$ pour le vainqueur des 3 Challenge.

L’appel du gain, les facilités de voyage et de logement proposés aux athlètes professionnels font que la « Start List » équivaut largement à un championnat du Monde tel que la finale 70.3 de la WTC! Avec plus de 90 pros engagés qui viennent également pour tester leur condition physique à la sortie de l’hiver et avec les premiers objectifs qui se profilent…

Mercredi à Jour J-2, en arrivant sur le site de l’épreuve on sent qu’ils ont mis les moyens, le site est monté de toute pièce sur le bord de mer avec des tentes immenses et des tapis sur toute la longueur des transition, tout est bien rodé, Challenge Family a dû être très efficace au niveau des conseils grâce à son expérience à travers le Monde, le directeur de Challenge Family a fait lui-même le déplacement.

Je retrouve mes coéquipiers de Monaco, le président du club et olympien Hervé Banti et l’italien Domenico Passuelo, qui vient de signer au club pour ses courses en France (Aix, Nice et Embrun) récent vainqueur du Challenge Philippine. Nous prenons les dossards et tout roule pas d’attente, ça va très vite … sauf pour les pros qui sont tous là pour le briefing pro, du coup on voit dans la queue les espagnols Raña, Gomez, Llanos, Del Corral, puis Michaël Raelert, et encore beaucoup d’autres…Pour une fois c’est les pros qui font la queue !

On est déjà bien gâté (le fameux sac, casquette, polo, serviette, porte clé, gourde souple, … ) le tout avec autocollants, plaque vélo en rigide avec système d’accroche, numéros de dossard à tatouer, livre de course et breifing, bref tout est parfait.

Après un petit plat de pâtes avec mes coéquipiers de luxe, en tant que média je participe à la conférence de presse, et là également ça « en jette » sur la terrasse du grand hôtel Jumeirah Beach, avec vue sur Burj Al Arab et avec des petits présents … Au moins 4 caméras quelques photographes et rien n’est laissé au hasard, photos, interviews, petit goûté … bref ils font tout pour que la presse soit à l’aise et parle de l’épreuve.

Jeudi J-1, La veille de la course c’est le dépôt des vélos, l’organisation est sans faille également aucune attente et un nombre de bénévoles importants pour répondre à vos attentes. Une place plus importante dans le parc vélo pour les pros à la mode ITU avec pied pour les vélos avec plaque pour dossards et noms.
Le matin de la course, comme annoncé par les différentes météos, le vent s’est bien levé, la mer est agitée mais l’organisation avait déjà prévue un parcours de repli en cas de vagues. Donc 2 boucles au lieu d’une seule initialement prévu, un peu plus à l’abri d’une petite île de sable,mais ça bouge quand même beaucoup !

Le nouveau parcours est affiché donc pas le droit à l’erreur ou la mauvaise interprétation ! Alors que les pros hommes s’élancent avec 5’ de retard à 6h50, les pros femmes partent à 6h55. Puis les vagues open se succèdent à partir de 7h20 jusqu’à 8h pour les relais.

En natation un groupe d’hommes se détache mais vu les conditions les meilleurs ne font pas trop d’écarts, sont pourtant piégés quelques favoris comme Cunnama, Llanos et Aernouts. Del Corral et Weiss sont déjà très loin à plus de 6’ des premiers.

Chez les femmes c’est très étalé, certaines même se sont très mal aiguillées avec ces conditions difficiles. C’est Lauren Brandon qui sort en tête suivi à 1’ par Jodie Swallow.

Pour ma part, plutôt à l’aise dans l’eau, j’arrive à limiter les dégâts et ne prend pas de risque en cherchant bien les bouées et les repères pour prendre la bonne trajectoire. A ma sortie de l’eau je vois le Prince héritier de Bahreïn qui participe à l’épreuve avec un jeune handicapé, une belle solidarité.

Puis c’est parti pour 90km de vélo avec un dénivelé total environnant les 60m … toutes les routes sont fermées à la circulation, au minimum 2 voies pour nous et jusqu’à 5 voies … je vois très peu de monde car les pros sont loin devant et les groupes d’âges éparpillés. Avec le vent dans le dos, ça roule fort et il faut gérer car le retour risque d’être plus compliqué. D’après mes calculs je devrais croiser les premiers hommes à mon km 35 et je vois passer à l’heure Bozzone suivi de très loin par Raelert, j’ai dû louper Jensen et Kung qui étaient aussi en tête, mais il faut dire que sur 8 voies séparées par des palmiers ce n’est pas facile ! En tout cas pas de draifting et les 20m sont largement respectés lorsque je les croise.

Au bout d’une heure de course le GPS affiche plus de 40km de course, le vent pousse et sans même se mettre dans le rouge, mais il est parfois difficile de trouver sa route car ça va tellement vite avec des pointes à plus de 55 et le compteur ne passent pas sous les 35 dans les petites
« bosses » … A la vitesse où je roule j’imagine bien les pros ! Tous les carrefours et ronds-points sont balisés plus ou moins avec la présence de cônes et de bénévoles pas toujours efficaces ! Du coup je comprends que quelques pros aient raté un petit aller-retour …

Le demi-tour qui se situe au km 50, la donne change du tout au tout et « c’est sauve qui peut ». Recherche des abris, mais y’en a pas, position aéro la plus efficace, toujours dans le prolongateur et à force ça fait mal aux épaules !!! Bref le retour se joue en mode survie et ce vent qu’on ne voit jamais, ici il est visible grâce au sable qu’il transporte ! Le GPS passe difficilement les 35km/h et certaines portions vent de face à 22km/h…

Enfin on commence à apercevoir la Burj Khalifa et la fin du calvaire approche ! En courant à côté du vélo, ça souffle tellement que les roues aéro sont à la limite de me faire tomber ….

C’est parti pour le semi-marathon ! J’entends le speaker qui annonce déjà le vainqueur ! J’ai perdu beaucoup de temps sur la fin du vélo et dans mon premier Km je croise un Bozzone volant vers une victoire très importante … suivi de près par la meute : Raelert, Kung, Reed et Potts sont dans les 5’… Sur l’aller je me fais passer par Meredith Kessler dans son 2ème tour et que j’encourage me retournant un pouce amical, mais elle est loin de la première femme Daniela Ryf, que je croise beaucoup plus loin au contact des derniers hommes…. Sur ce premier passage je peux voir tous les pros, sauf les absents notamment pas de Gomez, dommage, et les écarts importants qu’il y a entre eux … un Pete Jacobs à la dérive qui n’arrive pas à retrouver son niveau de Kona 2013.

L’aller se fait vent de face pour 5 km environ, avec la vue sur la Burj Al Arab, le long de la plage où beaucoup de monde se retrouve en ce vendredi (samedi en France) … une piste de course à pied longue de plus de 5km en gomme permet aux joggers d’avoir un site d’entraînement privilégier.

Les ravitaillements sont consistants et nombres de volontaires vous lancent encouragement et bouteilles d’eau !

Au demi-tour le vent nous pousse un peu et cette fois nous avons la vue est sur la Burj Khalifa. Bref c’est magnifique !

La ligne d’arrivée est également digne des plus grandes courses avec tribunes et écrans géants, drapeaux de Challenge Dubaï et des E.A.U. Une belle médaille de finisher au coup qui pèse sont poid et direction le ravitaillement, le gilet finisher, la tente de massage… Les pros sont là et je croise Raelert et Bozzone, tout le monde semble éprouvé par les conditions de course! Terenzo Bozzone est sur un nuage et sera le Week-end prochain au départ de l’ironman de Taupo qu’il n’a jamais pu remporter… donc il faut vite récupèrer, il sera ensuite en juin en Europe pour participer à l’Ironman de Klagenfurt. Quant à Raelert prochaine étape le 70.3 de Mallorca pour un de ses sponsors et puis il vise également Kona donc il aura un Ironman au programme.

Je croise également quelques français « expat » moment où l’on peut échanger sur notre expérience de cette course et sur les projets à venir. Matthieu(703) ne fait part de l’existence d’une piste cyclable de 150km dans le désert, car il est quasiment impossible de rouler en ville sur des 4 voies où les conducteurs de tous les pays du tiers monde conduisent un peu à « l’arrache » !
Malgré une journée rendue difficile par le vent, vraiment une super organisation et plein les yeux sur un parcours très roulant et avec des vues magnifiques… un petit goût de « reviens¬-y » …

 

Résultats


31/05/2014

XTERRA SPAIN

posté à 13h31

Un parcours très difficile pour un XTerra, transformé à la dernière minutes en duathlon.
Une grosse descente très technique au début du vélo suivi d'un portage à faire au retour dans l'autre sens ! Une organisation très limite pour un label !
Un trail magnifique mais aussi très dur avec plus de 300m de dénivelé pour 9,2km

les points négatifs:

1/ vélo cassé pendant le voyage ... VTT loué 2h avant le départ
2/ inscription non validée ... vite réglé grâce à la présence de Dave Nicholas
3/ pas de natation .... alors qu'il y avait pas de raison valable ...du coup 3,7 km à pied pour se chauffer => j'adore
4/ en VTT mauvaises signalisation notamment pour les 50 premiers pratiquement 20'/25' de plus notamment pour Nicolas .... du coup classement pas fiable du tout ......
5/ même pas de soleil ! un peu de pluie et presque froid !!!!

Les points positifs:
L'organisation du séjour par NTQ !
La gentillesse des espagnols !
La beauté du site !
Et les tapas !!!!

Autre point positif du Week-End: la victoire d'Anthony au M d'Autun et la 8ème place d'Adrien au M de Saint Laurent du Var

 

vidéo


21/05/2014

La saison est bien lancée !!!

posté à 14h35

Après un hiver relativement calme: petits interclubs avec un 27" au 50m, trail des neiges( 15' de mieux qu'en 2012), un peu de vélo avec les potes et du ski, il faut bien s'y remettre!

2014 part déjà sur de nouvelles bases, car après 21 saisons au Nice Triathlon Club, je prends une licence à l'A.S. Monaco Triathlon. Pour changer d'air et trouver une nouvelle motivation. Je me suis pas trompé, l'accueil est super, autant par le président Hervé Banti que des athlètes ...

D'autant qu'un nouvel objectif se présente à moi, malgré l'envie d'arrêter les distances IM depuis Roth 2011, et surtout le circuit WTC à cause du prix exorbitant des inscriptions, grâce à mon travail pour Trimaxhebdo et surtout avec l'aide Jacky, j'obtiens une invitation à Francfort. Du coup planification de saison autour de ce 14ème full distance, et surtout retour sur le circuit WTC abandonné depuis 2008 (Klagenfurt).

Le sympathique petit aquathlon de Draguignan lance la saison et c'est parti pour la prépa IM à partir du 24 mars ! Mieux vaut tard ... que jamais !

Premier rendez-vous le 27 avril à Saint Tropez sur ce S que je voulais faire depuis longtemps, super course dans un beau cadre. Malgré 2 semaines de rhume, la natation se passe très bien dans les vagues et une eau à 17°C, pas les jambes à vélo et bien gêné à pied au niveau des voies respiratoire, mais ce genre de triathlon est vraiment très sympa !

Le 2ème rendez vous est bien plus sérieux avec mon 1er half du circuit WTC, alors que j'en suis à plus 20 au compteur ... les 6/7 semaines de boulot ont payé et la course se passe très bien, natation très moyenne au niveau des sensations et chrono bof, vélo bien géré pour ensuite se faire plaisir à pied. Le parcours est superbe, la course très bien organisée! Un vrai régal.
A vélo, grâce encore à Trimaxhebdo je roule avec un P3 flambant neuf et des roues Mavic CXR80, le positionnement de VELOFITTING en vue de Francfort s'est montré payant, de très bonnes sensations sur les portions roulantes, tout en gardant des forces pour le semi...
Malgré les 20,3 au GPS pour le semi, j'arrive a garder le rythme prévu (4'35/km)sachant que je peux difficilement faire mieux, sur un parcours rendu difficile par les relances, les changements de rythme (montées descentes), pavés, graviers et surtout le monde sur les boucles ...

Double satisfaction, celle de sportif et celle de coach, car depuis juillet je m'occupe d'Anthony Pannier, qui a fait encore la course en tête, avec un semi solide mais qui reste encore son point faible. Il pose le vélo avec FVL et perd 5 places à pied.

J'entraîne également depuis peu mon ami et filleul Adrien Poullot qui sera au départ de son 1er Ironman à Nice le 29 juin.

Bref pas le temps de chômer entre les plannings à faire, les gardes et mon entraînement perso ...

Direction l'Espagne demain pour retrouver NTQ et participer pour le plaisir à l'XTERRA de Cartagène.

 

Résultats Aix




» Consulter les archives

RSS